Membres en vedette

Par leur engagement dans leur milieu et leurs réalisations exceptionnelles, plusieurs infirmières et infirmiers contribuent au développement et au rayonnement de la gérontologie. L’AQIIG est fière de souligner le travail de ses membres en présentant ceux et celles qui se sont démarqués par la réception d'un prix préstigieux.

Appel à tous : si vous connaissez un membre de l’AQIIG dont le travail fut souligné par un tel prix, n’hésitez pas à nous écrire pour nous présenter cette personne d’exception! info@aqiig.org


13 décembre 2017

Prix d’excellence à Dre Anne Bourbonnais

Madame Anne Bourbonnais, infirmière, Ph. D a reçu le prix Jeune chercheur du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal. Pour cette organisation qui regroupe dix établissements, le respect, l’engagement, la passion et la collaboration sont des valeurs centrales. Afin de souligner le travail de personnes qui incarnent ces valeurs, le CIUSSS a remis des prix lors de la deuxième édition de son Gala de l’Excellence qui s’est tenu le 26 octobre 2017, dont le prix Jeune chercheur à Madame Bourbonnais, membre de l’AQIIG. Ce prix souligne la contribution exceptionnelle d’un chercheur qui a terminé sa formation doctorale dans les huit dernières années et qui s’est particulièrement démarqué au cours de l’année par le caractère novateur de ses réalisations et leurs retombées tangibles pour la santé et le bien-être de la population.

Madame Bourbonnais est professeure agrégée à la Faculté des sciences infirmières de l’Université de Montréal, titulaire de la Chaire de recherche en soins infirmiers à la personne âgée et à la famille et chercheure au Centre de recherche de l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal rattaché au CIUSSS Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal. La Gérontoise publie souvent ses articles et également les écrits de ses étudiants. Ses travaux de recherche visent à mieux comprendre les comportements des personnes âgées vivant avec la maladie d’Alzheimer ou une affection connexe et à développer des approches d’interventions infirmières novatrices, afin d’améliorer la qualité des soins et le bien-être de ces personnes âgées et de leurs proches.

Parmi les études qu’elle a réalisées, notons l’évaluation d’une démarche d’interventions basée sur les sens des cris qui s’appuie sur un partenariat personne âgée, famille, soignants. Ce projet pilote, subventionné par la Société Alzheimer du Canada, a été réalisé dans cinq centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD). Il a permis, entre autres, de réduire la fréquence des cris, d’augmenter le bien-être des personnes âgées et d’accroître l’empowerment des proches et des soignants lorsqu’une personne crie. Elle a aussi réalisé au cours de l’année un projet, financé par le réseau de recherche en interventions en sciences infirmières du Québec (RRISIQ), visant à explorer les perceptions et les besoins quant aux gérontechnologies en CHSLD. Ce dernier a permis d’identifier concrètement des éléments facilitants et contraignants dans l’adoption de technologies pour les diverses personnes impliquées (gestionnaires, proches, infirmières, auxiliaires, préposés), ainsi que d’identifier les enjeux éthiques pouvant en découler. Ces résultats permettront d’assurer le succès dans le développement et l’implantation d’éventuelles technologies pour soutenir la pratique clinique en CHSLD.

 

Les réalisations de Madame Bourbonnais s’appuient sur des collaborations interdisciplinaires et sur un partenariat avec les participants (soignants, familles, gestionnaires) impliqués dans ses projets. Il est possible d’en apprendre plus sur ses travaux et réalisations en consultant le site web de sa Chaire : http://www.chairepersonneagee.umontreal.ca/fr/. On y retrouve, entre autres, le rapport de recherche sur l’évaluation de la démarche d’interventions basée sur les sens des cris : https://goo.gl/kGwv2a


29 mai 2017

À l’occasion du 375e anniversaire de la fondation de la Ville de Montréal, treize Femmes d’exception de Montréal ont été honorées à la Maison St-Gabriel, le 2 mai 2017. Cette cérémonie, organisée sous la présidence d’honneur de M. Denis Coderre, maire de Montréal, rendait hommage à des Femmes d’exception, contemporaines, avec des parcours de vie inspirants. Elles se sont démarquées dans leur domaine d'intérêt respectif et continuent à faire avancer diverses causes.        

Ces Femmes d'exception participent, depuis des années, à l’enrichissement de la société montréalaise et québécoise. Madame Francine Ducharme, fait partie de ces treize femmes. Chercheuse au Centre de recherche de l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal pendant plusieurs années, elle a développé et stimulé l’implantation au Québec de nouveaux services pour les proches aidants. Notamment, la Loi 6 instituant un Fonds de soutien aux proches aidants d’aînés (2009). 

Actuellement doyenne de la Faculté des sciences infirmières, elle est un membre assidu de l’AQIIG. On se souvient qu’en 2014, avait lieu le colloque Soins et services aux personnes âgées et à leurs proches : une expertise à reconnaître et un avenir à assurer. Elle avait alors fait l’ouverture de cette journée en évoquant les nombreuses réalisations infirmières des trente dernières années auprès des personnes âgées. Des pistes d'avenir pour la profession infirmière y avait également été présentées. 

Madame Ducharme est membre honoraire de l’AQIIG. Elle a reçu le Prix Reconnaissance à l’occasion de ce colloque. Ce prix souligne la contribution d’infirmières émérites qui ont réussi, par leur travail, à faire progresser les soins, l’enseignement et la recherche.

C'est avec fierté que nous voyons une infirmière s’illustrer parmi ces treize Femmes d’exception 2017. L'AQIIG félicite chaleureusement madame Ducharme pour l'obtention de cette reconnaissance.

Ginette Labbé, 

Présidente de l’AQIIG


3 mai 2017

Madame Ginette Henri gagne un Prix Florence décerné par l'OIIQ

L’AQIIG tient à féliciter les huit récipiendaires des Prix Florence attribués par l’OIIQ le 3 mai 2017.  Parmi ces dernières, figure madame Ginette Henri qui a reçu le Prix  Engagement professionnel. Nous sommes heureux que cette distinction lui soit remise.

Femme de cœur, elle s’est impliquée activement en soins spécialisés aux personnes âgées présentant des troubles de santé mentale. Elle fut conférencière au  Souper-causerie de l’Association  tenu au Centre des congrès et banquets Renaissance, le 23 mai 2013. Elle a entretenue l’assemblée de La dépression chez les aînés, la perte de l’élan vital.

Félicitations, madame Henri


13 décembre 2016

Madame Marie-France Castonguay Thibaudeau reçoit un Prix de l’Observatoire Vieillissement et Société (OVS)

Le 8 décembre 2016,  le Prix Grande aînée a été décerné à madame  Marie-France Castonguay-Thibaudeau. Décerné par l’Observatoire Vieillissement et Société1 à une personne âgée de plus de 80 ans, il a pour objectif  de souligner la contribution de celle-ci  à la société et au bien-être des personnes âgées. 

Madame Castonguay-Thibaudeau, infirmière,  a œuvré toute sa vie pour l’avancement des soins.  Professeur émérite de la Faculté des sciences infirmières de l’Université de Montréal et doyenne de cette même Faculté, elle fut nommée Chevalière de l’Ordre national du Québec en 1992.  Elle a cumulé diverses fonctions, entre autres, vice-présidente du Comité d’éthique de la recherche et de l’évaluation des techniques de la santé de l’Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal, membre du conseil d’administration de l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal et membre du conseil d’administration et du comité consultatif  de l’Observatoire Vieillissement et Société depuis plusieurs années. Elle a écrit de nombreux articles, chapitres de livres et communications scientifiques,  D’ailleurs, elle est l’auteure de Droits et libertés des personnes plus âgées, chartre reconnue dans toute la Province.   

Membre de l’Association québécoise des infirmières et infirmiers en gérontologie, madame Castonguay-Thibaudeau, a également reçu le Prix Reconnaissance de l’AQIIG en 2015.  Au moment de sa réception, madame Thibaudeau, émue, a remercié et impressionné  l’auditoire par sa verve, son enthousiasme et sa capacité de travail. 

Madame Marie-France Castonguay-Thibaudeau est une grande infirmière. Nous la remercions de faire rayonner la profession!

1Denise Destrempes  (2015) Observatoire Vieillissement et Société, La Gérontoise, Vol. 26 no.1, 26-27


3 novembre 2016

Louise Francoeur reçoit le Prix Céline-Goulet

Le 18 octobre 2016,  Madame Louise Francoeur, membre de notre Association, a reçu le Prix Céline-Goulet remis par Le regroupement des diplômé(e) s de la Faculté des sciences infirmières de l’Université de Montréal. Ce Prix est décerné annuellement à une infirmière diplômée de cette faculté qui s’est illustrée par la passion démontrée pour sa profession, sa détermination et sa persévérance dans la réalisation de projets novateurs ainsi que pour l’inspiration et la fierté qu’elle suscite. 

Louise Francoeur, est détentrice d’une Maitrise en sciences infirmières (M. Sc.) et d’un Diplôme d’études supérieures spécialisées (D.E.S.S) en bioéthique. Les soins gériatriques  ayant toujours été au cœur de ses préoccupations, elle a travaillé, durant 28 ans, comme cadre-conseil à l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal qui fait actuellement partie du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-sud-de-l’Ile-de-Montréal (CIUSSS). Elle est actuellement professeure de formation pratique adjointe à la Faculté des sciences infirmières de l’Université de Montréal où, toujours aussi passionnée, elle enseigne aux étudiantes et étudiants du baccalauréat et fait de la supervision au deuxième cycle.

Elle est l’auteure de nombreuses réalisations cliniques, d’articles scientifiques et de projets de recherche. En 2007, dans le cadre de la loi 2 concernant les soins de fin de vie, elle a fait partie du groupe qui a élaboré un programme de formation destiné aux formateurs de l’ensemble du Québec. Sur ce sujet, elle a d’ailleurs publié: Les soins de fin de vie selon la Loi 2 : rôle et responsabilités de l’infirmière auprès des personnes âgées dans La Gérontoise, vol. 26, no. 2, automne 2015 et dans Perspective infirmière, janvier 2016. Ces articles ont été chaleureusement accueillis par les milieux de soins et ont alimenté plusieurs rencontres cliniques.

Félicitations à madame Francoeur! 


9 novembre 2015

Félicitations à Odette Roy nommée Insigne du Mérite 2015 de l’OIIQ 

Madame Odette Roy, membre de l’AQIIG, a reçu, lors du Congrès de l’Ordre des infirmières et  infirmiers du Québec (OIIQ), la plus haute distinction décernée par cet Ordre, soit l’Insigne du Mérite 2015.

Madame Roy,  après avoir été infirmière soignante, est devenue gestionnaire, enseignante et chercheuse. Titulaire d’un doctorat en sciences de l’éducation, elle choisit de demeurer dans le milieu clinique. Elle a œuvré, presque toute sa carrière, auprès des personnes âgées et s’est toujours souciée de leur bien-être. C’est ainsi qu’elle a élaboré plusieurs programmes destinés à l’amélioration de leurs soins. On lui doit, entre autres, Vers un changement de pratique afin de réduire le recours à la contention et à l’isolement, 2006, réalisé pour le compte du Ministère de la Santé et des services sociaux. Ce programme a été introduit dans tous les centres de soins de la Province. 

Elle fut responsable de la création du Centre d’excellence en soins infirmiers de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont en 2003. Elle a également œuvré comme professeure associée à la Faculté des Sciences infirmières de l’Université de Montréal.

Au plan international, elle s’est illustrée comme conférencière, chercheuse et membre du Secrétariat international des infirmières et infirmiers de l'espace francophone (SIDIIEF).

Madame Odette Roy est une digne représente de la profession infirmière. Nous lui adressons nos compliments et nos sincères remerciements.


1 octobre 2015

Une gériatre et chercheuse d’exception récompensée 

Madame Cara Tannenbaum, médecin gériatre a reçu, le 1er octobre 2015, le Prix Femme de mérite du Y des femmes, catégorie Santé. Docteur Tannenbaum est gériatre praticienne et directrice de la Clinique de continence urinaire de l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal. Elle est également professeure à la Faculté de médecine et à la Faculté de pharmacie de l’Université de Montréal. 

Madame Tannenbaum a publié dans La Gérontoise, vol. 24 (1), Impact de certains médicaments sur la mémoire dans lequel elle présente les résultats d’une recherche entreprise afin de déterminer le rôle que peuvent jouer certains médicaments sur la fonction cognitive. Ses travaux sur l’incontinence urinaire sont bien connus.

Nos sincères félicitations à madame Tannenbaum.


23 avril 2015

Hommage à madame Marie-France Castonguay-Thibaudeau

L’Insigne de Reconnaissance de l’Association québécoise des infirmières et infirmiers en gérontologie a été décerné, le 23 avril 2015, à madame Marie-France Castonguay-Thibaudeau lors du souper conférence qui a eu lieu cette année au Centre des congrès et banquets Renaissance à Montréal. Cet hommage est offert annuellement à une infirmière qui s’est démarquée notamment par ses réalisations ou sa contribution aux soins aux personnes âgées et à leur famille. 

Après une carrière comme infirmière hygiéniste, madame Castonguay-Thibaudeau a poursuivi sa carrière en enseignement et en recherche à la Faculté des Sciences infirmières de l’Université de Montréal où elle a obtenu sa titularisation, puis le poste de doyenne de 1981 à 1992. Elle est aujourd’hui professeure émérite de cette Faculté et vice-présidente du Comité d’éthique de la recherche et de l’évaluation des technologies de la santé (CER) à l’Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal depuis 2010.

Elle a obtenu plusieurs subventions et elle a également siégé à de nombreux comités notamment ceux sur des comités de révision de projets de recherche et d’attribution de bourses de formation. Elle est auteure de plusieurs articles et elle a collaboré à diverses revues scientifiques. Elle a aussi agi à titre de consultante pour l’Organisation mondiale de la Santé au Portugal et en Haïti. 

Récipiendaire de plusieurs prix, madame Castonguay –Thibaudeau a reçu en en 1990, l’Insigne du Mérite de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec, le prix du Conseil interprofessionnel du Québec et l’Ordre national du Québec en 1992. Madame Castonguay-Thibaudeau s’est démarquée par sa contribution à l’avancement et au rehaussement de la formation en sciences infirmières en favorisant la création de la formation doctorale au Québec et l’émergence de la recherche en soins infirmiers à la personne âgée et à la famille. Sa grande générosité envers la relève infirmière en gérontologie-gériatrie est reconnue puisqu’elle a offert plusieurs bourses à des étudiants et parce qu’elle a créé, en association avec sa nièce, madame Marthe Céline Thibaudeau, le Fonds de bourses Gagnon – Thibaudeau. Ces bourses sont offertes à des étudiantes des cycles supérieurs de la Faculté des sciences infirmières de l’Université de Montréal qui consacrent leurs études en soins infirmiers à la personne âgée et à leur famille y compris celles dirigées par la titulaire de la Chaire Desjardins.

Madame Castonguay-Thibaudeau, nous sommes fières de votre parcours de vie et de vos réalisations professionnelles. Vous êtes un modèle inspirant pour nous tous.


6 juin 2014

Remise de l’Insigne Reconnaissance de l’AQIIG à Louise Lévesque

Nous sommes très heureux de remettre l’Insigne Reconnaissance de l’AQIIG à madame Louise Lévesque qui est une personne très importante pour l’Association. Au cours des années, elle est devenue chef de file en gérontologie au Québec. La majorité des infirmières qui ont travaillé en gérontogériatrie ont été ses élèves. 

À l’Association québécoise des infirmières et infirmiers en gérontologie (AQIIG), elle est devenue la référence. Déjà, en 2001, lorsqu’elle a reçu l’Insigne du mérite de l’OIIQ, madame Lucie Berteau, alors présidente de l’AQIIG, écrivait dans l’éditorial de La Gérontoise à quel point nous  étions reconnaissantes de toutes les recherches qu’elle a réalisées et qui «  portent depuis plus de 20 ans sur la population que nous desservons, soit les personnes âgées ». La revue publiait un résumé de l’allocution prononcée par madame Lévesque à cette occasion. 

En 2006, un nouvel article dans la même revue, présente Louise Lévesque : une pionnière en sciences infirmières dans les soins en gérontologie. On y résume ses études : baccalauréat à l’Université de Montréal, Maitrîse en Scicences infirmières à l’Université Mc Gill et études à l’Université de York en Angleterre et à Los Angeles. On y retrace des moments marquants de sa vie, de sa naissance à Ville Saint-Laurent jusqu’à sa carrière internationale : Lausanne, Barcelone, Espagne, Angleterre, Beyrouth. Elle fut collaboratrice d’un projet international sur l’influence de la culture sur le rôle d’aidant avec différents chercheurs de l’Espagne, du Portugal, du Mexique, du Guatémala, du Liban, de la Suisse et bien sûr, du Québec. On peut bien être fières !

Rencontrer Louise Lévesque, c’est avoir rendez-vous avec une femme dynamique et généreuse. Au Québec, on ne compte plus ses exploits! Jusqu’à  recevoir l’Ordre du Canada  en 2009 et la Médaille du Jubilé de Diamant de la reine Élisabeth II en 2013.

Mais, ce qui nous touche le plus, c’est la réalisation de la Chaire Desjardins en soins infirmiers à la personne âgée et à sa famille.  Les recherches menées ont amélioré les soins, notamment pour les proches des personnes âgées en perte d’autonomie physique et cognitive. 

L’Association québécoise des infirmières et infirmiers en gérontologie est fière de présenter son Insigne Reconnaissance à une personne aussi méritante.  Nous sommes chanceux de la côtoyer. 

Pour toutes références aux articles dont il est fait mention dans ce texte, nous référons le lecteur à La Gérontoise, (2001) Louise Lévesque : notre moteur de recherche, vol. 12 (1) p. 6-9 ; (2006) Des gens remarquables : Louise Lévesque : une pionnière en sciences infirmières dans les soins en gérontologie, vol 17 (1) p.10-15 ; (2009) L’Ordre du Canada attribué à madame Louise Lévesque, Vol. 20 (1) p. 9 et (2013) Nouvelle de dernière heure, vol. 24 (1) p. 9.


6 juin 2014

Remise de l’Insigne Reconnaissance de l’AQIIG à Francine Ducharme

Pour marquer son 30e anniversaire de fondation, l’AQIIG désire également souligner la contribution d’une autre personne très méritante. Il s’agit de madame Francine Ducharme, professeure titulaire à la Faculté des sciences infirmières de l’Université de Montréal, chercheuse à l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal et titulaire de la Chaire Desjardins en soins infirmiers à la personne âgée et à la famille depuis 2009.

Il faut dire, d’entrée de jeu, que madame Ducharme faisait partie du groupe d’étudiantes de madame Louise Lévesque. Une relève dynamique, créative et combien tenace qui a su influencer, entre autres, la population et les décideurs politiques sur la Loi instituant un Fonds de soutien aux proches aidants des aînés (loi 6), qui a vu le jour en 2009.

C’est aussi grâce à son action politique et à l’expertise développée à travers ses recherches que madame Ducharme a réussi à faire implanter au Québec de nouveaux services pour les aidants via l’APPUI, un organisme voué à soutenir les proches aidants, ainsi que dans plusieurs CSSS du Québec et au sein d’établissements de santé en Suisse. Certes, elle n’était pas la responsable principale de l’implantation de ces projets, mais ses nombreux écrits (plus de 400 mémoires, lettres aux ministres, rapports, articles, etc.), et conférences (plus de 200), ont certainement influencé l’orientation et l’organisation de ces nouveaux services. Elle vous dira qu’il reste beaucoup à faire, mais pour l’AQIIG son implication sociale et professionnelle mérite d’être reconnue. On est loin de l’image que l’on se faisait il y a trente ans des chercheurs travaillant seuls dans leur tour d’ivoire !

Nous avons la chance de côtoyer une jeune femme qui s’est mérité plusieurs prix au cours de sa carrière. Nous n’en nommerons que quelques-uns, car la liste est longue et prestigieuse : le prix Florence recherche de l’OIIQ, le prix Y des femmes (catégorie santé), le prix Nicolas Zay de l’AQG. Il y aussi des prix d’équipe pour la réalisation de divers projets : Prix Innovation clinique (Gestion du stress/MeSSAGES), le prix Égalité-coup de cœur du public (cinq programmes d’intervention en psychoéducation).

L’AQIIG est fière d’offrir à cette femme généreuse et dédiée à la cause des proches aidants, l’Insigne Reconnaissance de l’AQIIG pour son apport important à la profession infirmière et ce, particulièrement en soins à la personne âgée et à la famille. 


 27 mai 2014

Claire Page reçoit le Prix du ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche er de la Science

La professeure en sciences infirmières de l'Université du Québec à Rimouski, Claire Page, a reçu le Prix du ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de la Science pour souligner sa contribution à l’adaptation du volume Soins infirmiers, santé mentale et psychiatrie.

Mme Page est colauréate du Prix du ministre dans la catégorie volume adapté. Cette distinction nationale lui a été attribuée vendredi dernier par le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de la Science, Yves Bolduc, lors d’une cérémonie à la salle du Conseil législatif de l'hôtel du Parlement à Québec.

Avec ses collègues Jean-Pierre Bonin, Dominique Houle et Yvon Brassard, la professeure Page a réalisé une adaptation québécoise du livre Psychiatric Mental Health Nursing, un ouvrage qui explique les rouages du système de santé de la province et les procédés d’interventions psychosociales et psychiatriques. Un guide d’études et une série de capsules vidéo ont également été réalisés afin de compléter cet ouvrage.

Source : http://www.lavantage.qc.ca


12 mars 2014

Prix « Coup de cœur du public » à Francine Ducharme et  à la Chaire Desjardins en soins infirmiers à la personne âgée et à la famille

Le 12 mars dernier, à Québec, la Chaire Desjardins en soins infirmiers à la personne âgée et à la famille a reçu le Prix "Coup de cœur du public" lors de la cérémonie de remise des prix Égalité, organisée par le Secrétariat à la condition féminine du Québec. Les Prix Égalité sont, pour le Secrétariat, un moyen utilisé afin de promouvoir l'égalité entre les hommes et les femmes. C’est grâce aux votes en ligne du public que la Chaire Desjardins est récipiendaire de ce prix.

Quel beau témoignage d’appréciation pour l’aide apportée aux proches aidants!

Créée en 1998, la Chaire Desjardins à la personne âgée et à sa famille se consacre à la recherche de stratégies qui peuvent aider les aidants à domicile à mieux gérer les situations stressantes. On sait que de nombreuses personnes en perte d'autonomie physique et cognitive continuent d'habiter le domicile et sont sous la responsabilité de leurs proches. Hommes et femmes se dévouent, jour et nuit, auprès de ces personnes, souvent durant de nombreuses années.

La Chaire Desjardins est la première à se consacrer à des recherches en soins infirmiers dans le but d'aider ces personnes. Elle a ainsi développé plusieurs programmes: Espa, Devenir aidant, ça s'apprend, Gestion du stress des proches aidants et Prendre soin de moi. Elle a également développé le programme MeSSAGES qui procure du soutien en ligne aux aidants à domicile.

L'AQIIG, partenaire de la Chaire Desjardins dans les programmes ESPA et MeSSAGES, est très fière de la reconnaissance accordée à Madame Francine Ducharme et à son équipe et souhaite que d'autres recherches viennent soutenir et apporter de l'aide aux hommes et aux femmes qui se dévouent pour leurs proches.

Félicitations Madame Ducharme et à votre remarquable équipe!


1er novembre 2013

Francine Ducharme reçoit le Prix reconnaissance Nicolas-Zay

Lors de la soirée Gala-bénéfice du 35e anniversaire de l’Association québécoise de gérontologie (AQG) le 1er novembre 2013, madame Francine Ducharme infirmière, Ph.D, a reçu le Prix Reconnaissance Nicolas-Zay en remerciement pour l’ensemble de ses réalisations touchant les soins et services aux personnes âgées. Madame Ducharme est professeure et chercheure à la faculté des Sciences infirmières de l’Université de Montréal. Elle est également responsable de la Chaire Desjardins en soins infirmiers à la personne âgée et à sa famille. Ses recherches portent sur les nouvelles pratiques en soins infirmiers. On lui doit, entre autres, des programmes de support aux aidants à domicile de personnes souffrant de la maladie d'Alzheimer ou auprès de ceux dont le proche âgé est hébergé en centre de soins de longue durée.

Le Prix Reconnaissance Nicolas-Zay, du nom de l’un des 14 fondateurs de l’Association québécoise de gérontologie, est décerné tous les deux ans et est attribué à une personne qui a œuvré dans le domaine de la Gérontologie.


30 septembre 2013

Charlène Joyal lance un cri du cœur dans la Chronique Jeunesse de l’OIIQ

Madame Charlène Joyal, membre de l’AQIIG, a publié le 30 septembre dernier un article percutant intitulé Soigner les personnes âgées en CHSLD, sur le site Web de l’OIIQ, dans la section Chronique Jeunesse. Conseillère clinicienne en soins infirmiers au Jeffery Hale - Saint Brigid's de Québec, Mme Joyal livre un très beau témoignage qui représente, de façon dynamique et réfléchie, la relève infirmière en géronto-gériatrie. Son message aura assurément un effet stimulant et valorisant pour toutes les infirmières travaillant en CHSLD.

Dans son texte, la conseillère clinicienne souligne que, de façon générale, les soins aux personnes âgées ne sont pas très valorisés. Même si elle requiert du leadership et de grandes compétences cliniques, la pratique infirmière gériatrique est souvent méconnue, voire banalisée.

Et pourtant, madame Joyal argumente : « Les centres d’hébergement constituent des lieux de pratique privilégiés où l’infirmière peut jouer pleinement son rôle : évaluer la condition physique et mentale, déterminer le plan de traitement, faire la gestion des médicaments, donner des soins, coordonner les activités de soins et assurer le contrôle de la qualité ».

Pour lire le texte intégral de Mme Joyal : http://infoiiq.org/chronique-jeunesse/soigner-les-personnes-agees-en-chsld


21 mars 2013

Louise Lévesque reçoit la Médaille du Jubilé de Diamant de la reine Elizabeth II

L’AQIIG est fière de souligner que madame Louise Lévesque, première titulaire de la Chaire de recherche en soins infirmiers à la personne âgée et à la famille, professeure émérite à la Faculté des sciences infirmières de l’Université de Montréal et chercheuse au Centre de recherche de l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal, a maintenant l’honneur de recevoir la Médaille du Jubilé de Diamant de la reine Elizabeth II.

Cette médaille commémorative a été créée avec l’objectif de souligner le 60e anniversaire du règne de la reine Elizabeth II et par la même occasion, permettre de reconnaître les contributions et réalisations de Canadiennes et de Canadiens.

Toutes nos félicitations à cette grande dame qui a marqué la recherche en sciences infirmières dans le domaine des soins aux personnes âgées.

Pour plus d’information :

Diane Saulnier, inf. M Sc.

Coordonnatrice

Chaire Desjardins en soins infirmiers à la personne âgée et à la famille

Diane.saulnier@umontreal.ca


Printemps 2012

Johanne Senneville publie sa recherche sur l’Alzheimer

Johanne Senneville, inf.  M. Sc. conseillère clinicienne en soins infirmiers, associée au programme clientèle médecine familiale et gériatrie et membre de l’AQIIG depuis 2012, publiait aux Éditions universitaires européennes, sa recherche menée à l’Université de Montréal pour l’obtention de son mémoire de maîtrise.

Alzheimer : la réalité des couples vivant à domicile, un document de 146 pages, fournit plusieurs pistes d’interventions afin d’assurer des soins d’hygiène aux personnes récalcitrantes.

Après avoir expliqué la DTA et ses ravages, l’auteure nous parle des résultats de ses rencontres avec les épouses qui consentent à assurer à leur conjoint souffrant de problèmes cognitifs des soins à domicile, y compris les difficiles soins d’hygiène.

Pour en savoir plus : jsenneville.hmr@ssss.gouv.qc.ca